browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Créer son cheval idéal

fabriquer son cheval de reve
Posted by on 23 février 2016

Je me suis toujours bien amusée avec mes poneys : mes doux et facétieux petits rase-moquette ! Mais il est vrai que lorsque l’on attelle à 4 et que l’on commence à goûter à la puissance qu’ils peuvent développer, l’envie vient immanquablement d’avoir (au moins) une paire de bons et beaux chevaux d’attelage.

Pourquoi une paire ? Simplement pour le plaisir et la satisfaction personnelle. Lorsque l’on aime l’attelage multiple, il est très difficile de revenir en arrière. Cela n’empêche pas l’attelage en solo, bien au contraire, c’est un travail indispensable à faire avec chaque membre de l’équipe. En paire, ou plus, les sensations sont décuplées, le travail doit être encore plus précis, et les émotions sont plus intenses, par conséquent, plaisir et satisfaction personnelle entrent en jeu à ce moment !

Le poney shetland est idéal pour débuter l’attelage, quelque soit le public visé. Petit, facile à garnir et à mettre en voiture, il rend la discipline accessible. J’ai toujours été en parfaite harmonie avec eux et cela ne changera pas ! Mais l’envie « d’encore plus » est un concept complètement humain qui nous tiraille bien souvent !

Essayer pour tester et connaître les limites

Niko le poney clown attelé, lors d'un concours

Niko le poney clown attelé, lors d’un concours

J’ai bien tenté de mettre à la voiture mes chevaux de selle et de sport. Mon poney Niko s’est très bien prêté au jeu, et son gabarit fort et trapu, issu de cob normand, était parfait pour l’attelage. Son éducation et son dressage de cheval de TREC et de CCE le rendait encore plus agréable à mener que tous les autres. Nous nous connaissions parfaitement, et cela aurait pu être l’IDÉAL recherché ! Il y a toujours un « mais » dans les belles histoires comme celle-ci !! Ce clown de Niko était incapable de gérer sa crainte de certains bruits, en particulier ceux produits par quelques voitures d’attelage. Notre pratique est rapidement devenue stressante, dangereuse, jusqu’à l’accident qui fait réfléchir, et réaliser que le physique et le dressage ne suffisent pas, il faut un mental d’acier irréprochable pour cette discipline, dont les risques sont multipliés.

Olivo quant à lui, n’a jamais voulu se mettre à la traction dans la bricole (sans même parler de lui mettre la voiture). Malgré les nombreux essais fait avec lui, je pense avoir honnêtement loupé un truc fondamental dans son éducation à ce sujet. Il est toujours prêt à chercher la solution pour m’être agréable, et là j’ai vu un cheval en colère, parfois même apeuré et troublé (qui ne comprenait pas ce qu’on voulait), se fâcher, s’agacer et s’énerver. Zéro plaisir, 100% de stress et de frustration réciproque, soit tout l’inverse de ce que nous recherchions dans notre quotidien. Je n’ai pas abandonné tout de suite, j’ai essayé et tâtonné encore, mais rien ne semblait vouloir le décider à tracter. Dommage, car même s’il n’était pas non plus le modèle idéal du cheval d’attelage dans le physique cette fois-ci (un pur-sang léger !), il avait tellement d’autres qualités, sans compter notre relation fusionnelle et complice, qu’il aurait sûrement pu m’offrir de beaux moments. J’ai respecté son choix, et j’ai cessé d’insister (peut être à tort, diront certains), mais à ce jour je n’ai aucun regret, c’est donc là l’essentiel !

Je n’ai pas non plus attendu la fin de ses essais infructueux pour comprendre, qu’il me fallait créer mon idéal équin, par moi même. Le concevoir de A à Z ! Tellement plus simple, mais tellement aléatoire à la fois !

image du "carré" issu d'un manuel ancien (examens d'argent)

image du « carré » issu d’un manuel ancien (examens d’argent)

Créer son « cheval de rêve » !

Je voulais un animal (peut m’importe le sexe, bien que je ne sois pas fan de la majorité des juments, car souvent instables, de par le côté hormonal féminin entier) de joli modèle, c’est à dire, « entrant dans un carré » et non un rectangle comme le sont aujourd’hui malheureusement la plupart des équidés. Ce modèle compact implique de par sa morphologie, force et puissance évidente, en minimisant les points de faiblesses indéniables des chevaux un peu longs.

Je rêvais d’un Niko en plus grand en fait ! Avec un peu plus de sang et de vivacité physique, et à peine moins de vivacité d’esprit, car un animal très (trop) intelligent, c’est tout de même moins monotone ! 🙂

La race cob normand, lorsque le sujet est conforme au standard, ressemble à ce descriptif de force plutôt tranquille, rentrant dans ce fameux carré ! Quelle ne fut pas ma déception en cherchant un étalon, de voir que l’on s’éloignait de plus en plus de ce joli modèle… Jusqu’à ce que je tombe en arrêt devant les images d’un jeune mâle bai foncé, qui retenu toute mon attention dès cet instant. Ce cheval à un nom : Rasta de la Rue. Je l’ai localisé pour une première saillie, puis retrouvé ensuite pour une seconde, deux ans plus tard !

Rasta de la Rue, étalon cob normand

Rasta de la Rue, étalon cob normand

J’ai fait le pari (osé disaient certains) de croiser ma jument de sport un peu longue, pleine de vie et increvable avec cet étalon en espérant que les qualités de chacun se marient pour faire le cheval de mes rêves, via un poulain idéalement conformé, tant sur le plan physique que psychique…

Lorsque le rêve prend vie…

pouliche issue du croisement d'un cob normand

Byhalia à 5 jours

Cette pouliche est née le 8 avril 2011, et est au delà de toutes mes espérances du moment : belle, forte, compacte, pleine de vie, intrépide, curieuse, réfléchie, et de robe originale tirant vers le noir. La manipulation et l’éducation de base sont un réel moment de plaisir partagé chaque jour avec elle. Seulement quelques minutes quotidiennes, pour finir de « fabriquer » mon rêve !

Audacieuse, j’ai renouvelé l’expérience avec les mêmes parents, et le même espoir !

pouliche issue jument selle et cob nomand

Dikwa à 7 jours

De cette nouvelle union est née une autre pouliche (bah oui quand on voudrait des mâles on obtient des filles, et inversement !!!!!), plus claire malheureusement, mais encore plus belle morphologiquement et plus solide que la première !

Peut être qu’un jour Byhalia et Dikwa seront attelées en paire et que nous nous amuserons tous ensemble ! Aujourd’hui elles bénéficient toutes les deux d’une vie 100% au grand air, toute l’année en compagnie d’Olivo et des poneys ; leur croissance peut se faire pleinement et sans aucune entrave, au rythme décidé par la nature. 🙂

——

Ce partage de tranches de vie et d’expériences est ma participation à l’évènement mensuel de La Cavalcade des Blogs, organisé cette fois ci par Alexandrine du site Éduquer son Cheval, et dont le thème en cours n’est autre que : « Le cheval de vos rêves » !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *