browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Première sortie en attelage en paire

Posted by on 25 décembre 2013

Séance 13 de notre défi fou

Atteler Scotch et Poye en paire

pour une petite promenade

 

Paire de shetlands en extérieur

Paire de shetlands en extérieur

Préparation : garnir

Les poneys sont garnis (=habillés) de leurs harnais respectifs, équipés pour l’attelage en paire :

Les courroies de reculement que l’on fixe aux brancards sont échangées pour les courroies de retraite qui viennent s’attacher à la boucle de mancelle de la bricole. Les bracelets de brancards sont également enlevés.

Les poneys sont équipés de harnais en cuir de marque excelsior, que j’ai fait adapter solo/paire, grâce à un petit kit, par la sellerie Baude, dont je recommande vivement le travail. Cela nous permet de n’avoir qu’un seul harnais par animal, ce qui est plus pratique et fonctionnel, surtout au point de vue entretien des cuirs !

 

Mise à la voiture : atteler les poneys

Pas de préférence pour un côté plus que l’autre (ce qui n’est pas toujours le cas), les poneys seront donc attelés à la voiture, comme ils sont attachés au mur.

Le poney de droite (Scotch) reçoit la guide et la croisière droite, et la gauche est mise sur Poye.

On emmène la voiture vers le mur, avec le timon que l’on glisse entre les poneys, sans oublier de prévenir ces derniers vocalement de notre arrivée,  pour ne pas les surprendre (car il fait beau et ils auraient vaguement tendance à sommeiller au soleil !).

Ensuite  chaque poney est placé le long du timon, avant de fixer les traits puis les chaînettes. Il ne reste plus qu’à attacher les croisières sur chacun des animaux, puis à relier les deux guides entre elles.

Un dernier regard sur l’attelage avant de démarrer, pour s’assurer que tout est en ordre, avant le départ, n’est JAMAIS un luxe, mais une attitude responsable visant à garantir un maximum de sécurité.

 

Mise en route : s’assurer un départ facile

Et c'est parti pour une petite sortie !

Et c’est parti pour une petite sortie !

Je reste à la tête des poneys, pendant la manœuvre de départ, afin de faciliter celle-ci à JF, pour sa première prise en main de l’équipage. Je marche quelques instants à côté de l’attelage pour m’assurer du comportement des poneys, des réglages des harnais par rapport à la voiture, et qu’il n’y a pas un truc qui cloche, avant de monter aussi en voiture.

Ce sont des petits détails qui font parfois toute la différence !

 

C’est parti pour une promenade attelée en paire

Deux poneys attelés, au lieu d’un, c’est parfois deux fois plus de travail pour le meneur ; les deux équidés ne se comportent pas toujours de la même manière, et il faut alors s’adapter et apporter les corrections nécessaires à chacun d’entre eux.

Scotch présente une mauvaise attitude à la traction...

Scotch présente une mauvaise attitude à la traction…

Aujourd’hui Poye est de bonne composition mais il ne tire jamais de trop (le coquin !) ; quant à Scotch, il s’appuie sur le mors et sur la bricole, comme si nous devions sortir la voiture d’un labour profond. Cela ne va pas être de tout repos de composer avec cette paire là pour la sortie !

Le chemin empierré accédant à la ferme, nous permet de partir tranquillement en s’assurant que tout est en ordre, avant d’emprunter la route.

 

Promenade agrémentée d’exercices simples

Conserver une allure et une cadence

Petit trot de travail, actif mais tendu, sur la route.

Petit trot de travail, actif mais tendu, sur la route.

Une fois sur le bitume, nous prenons le petit trot. JF commence à reconnaitre les changements de cadence dans l’allure, et est maintenant en mesure de veiller à faire respecter une cadence donnée. Pour commencer, je lui demande de caler les 2 poneys dans un petit trot de mise en route.

Charge à lui, de moduler ses actions, en fonction du léger dénivelé de la route, afin de conserver ce petit trot.

Nous empruntons une petite route secondaire peu fréquentée, dotée de bas côtés assez larges, permettant diverses utilisation du terrain !

 

Changer de direction pour conserver l’attention de la cavalerie

Nous augmentons légèrement la cadence du trot sur la fin de l’échauffement, tout en alternant des courbes à droite et à gauche, à la manière d’un serpent ondulant de part et d’autre de l’asphalte.

Cet exercice combine la direction, le maintien de la cadence, et si possible l’incurvation. JF s’aperçoit d’ailleurs très rapidement que Poye est agréable à mener, alors que Scotch pèse sur les guides, tourne mal, et ne s’incurve absolument pas (on dirait même un paquebot..).

 

Mettre les pauses à profit pour le travail de groom

Je profite de la phase de pas, pour descendre et opérer un travail à pied sur les guides de scotch, pour tenter de le ré-équilibrer, sans pénaliser Poye. Le bénéfice est à chaque fois de très courte durée. Ce poney là aura besoin de reprendre le travail en solo, avant d’être à nouveau attelé en paire, sinon il va continuer de se dégrader.

J’en profite aussi pour vous faire les quelques images qui illustrent cet article !

Slalom entre les peupliers

Les rangs de peupliers sur la droite sont propices au travail !

Les rangs de peupliers sur la gauche sont propices au travail !

Nous avons la chance de disposer d’une petite peupleraie bordant la route, qui nous permet de s’entrainer à slalomer entre les arbres. Le sol est bon et pas trop profond, tout enherbé.

De plus, les arbres incitent davantage à faire attention que les quilles sur une carrière. Il faut aussi tenir compte du sol, qui n’est pas régulier, et s’y adapter au mieux. Scotch qui est toujours vautré dans son harnais ne facilite pas le travail de mon élève, et les courbes sont laborieuses.

Mettre les côtes à profit

J’aime profiter des petites montées pour faire galoper les poneys ; ils restent en traction constante et sont ainsi occupés, et donc moins enclin à diverses facéties propres à leur tempérament ! Pour débuter cette allure aux guides, c’est parfait.
JF lance ainsi Scotch et Poye en direction du hameau, dans le bas de la pente. Charge à lui, de maintenir l’allure (et la cadence) jusqu’en haut de la côte, en encourageant de la voix si besoin.

 

Utilisation des descentes pour la cadence et la régularité

Plan descendant pour travailler l'usage du frein, et la régularité.

Plan descendant pour travailler l’usage du frein, et la régularité.

J’aime également me servir des dénivelés inverse pour maintenir une allure et une cadence de travail, tout en retenant la voiture au frein. Cela fait un excellent exercice pour l’élève, et pour les chevaux, qui doivent alterner différentes actions.

L’usage du frein est nécessaire pour aider les animaux, et c’est un apprentissage qu’il est bon de faire assez rapidement, pour que le concept de soulager l’animal devienne peu à peu un réflexe.

L’anticipation permanente

Une traversée de lieu-dit ou de village, une route qui longe un champ avec des vaches, les automobilistes pressés qui doublent n’importe comment, bien souvent, etc. sont autant de situations permettant de tester ses équidés, sa vigilance, et surtout son anticipation du moment présent.

L’anticipation reste la meilleure garantie de sécurité en toutes circonstances. Se préparer à réagir, au cas où, est la meilleure attitude qu’un meneur puisse avoir en extérieur.


Et vous, comment s’est passé votre première sortie en attelage ?

One Response to Première sortie en attelage en paire

  1. Agnès 27

    Ca y est ! Nous sommes passés en paire avec nos deux Comtois depuis fin juin !
    J’ai bien relu ton article et tu as raison, c’est plus de travail car chacun tire à sa façon:
    une jument bulldozer et un placide qui fume son foin !
    Il nous a fallu quelque temps pour trouver les bons réglages des voitures, harnais et guides. Maintenant, c’est aux allures de chacun qu’il faut porter toute l’attention pour qu’ils travaillent ensemble.
    En ralentissant la jument dans ses ardeurs l’autre a pu se mettre au diapason.
    Du coup, la jument travaille beaucoup mieux que seule. Elle fait moins d’efforts violents, engage mieux ses postérieurs et se fatigue moins. C’est extra.
    Ils ont pu faire ensemble les journées du patrimoine dans un parc de château, c’était la première prestation du fiston. Je suis contente du résultat mais je suis consciente qu’il y a encore du travail.
    Lien vers mon image

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *