browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Le cheval pieds nus

Posted by on 31 mai 2014
attelage de poneys pieds nus sur chemin gravillonné

Attelage de poneys pieds nus sur chemin gravillonné

Cet article répond aujourd’hui à la question posée par Denis M. dans le cadre de la newsletter de Mai d’attelage-facile, où je proposais de répondre à vos interrogations directement sur le blog.

« Penses-tu que l’on peut faire de l’attelage avec un cheval pied nu , par exemple un cob normand ? »

 

Le cheval pieds nus est un sujet qui me tient particulièrement à cœur, et ce depuis quelques années déjà ! Je vais donc pouvoir donner mon avis personnel sur la question, qui n’engage que moi.  😉

Le cheval au naturel

Tout d’abord il n’y a à mon sens, pas que la question des fers ou des pieds à prendre en considération lorsque l’on s’interroge sur le bien être animal et tout particulièrement à propos du confort de notre compagnon équin.

  • Un cheval est un herbivore, par conséquent qui mange de l’herbe en majorité, et tout un tas d’autres végétaux présent dans son environnement. Cessons donc de le considérer comme une poule en lui distribuant des céréales à longueur de journée !
  • Les équidés aiment l’espace, voire même les grands, très grands espaces. Vivre dehors est vital pour cet animal, alors cessons de l’enfermer dans une écurie par soucis de commodité et de facilité !
  • Les chevaux sont grégaires et apprécient les contacts et échanges avec leurs congénères, ainsi que les jeux. Cessons de les considérer comme des objets que l’on range dans un placard (= box).
troupeau de chevaux en mouvement

Chevaux libres en troupeau, sur plusieurs hectares

Contrairement à ce que pourrait penser certains, tant la ferrure est devenue une évidence pour nombre de cavaliers, propriétaires, meneurs, etc, le cheval ne naît pas avec des fers aux pieds…. Cessons donc de le massacrer en lui imposant ce soi-disant « mal nécessaire » derrière lequel se cache le monde équestre en général.

Par simple comparaison, imaginez-vous devoir supporter 24h/24 des chaussures de ski aux pieds (ceci tout en considérant que vous avez de la chance que ce soit votre pointure…) ?

Un équidé, bien dans son corps (= libre de toute contrainte), et bien dans sa tête est alors un partenaire idéal, et de toute confiance, avec lequel il est bon de partager des moments d’échanges et de plaisir.

 

Le cheval pieds nus

Pourquoi nos équidés actuels de loisirs ou de compétition ne pourraient-ils pas vivre sans fer ? La nature a créé cet animal pour qu’il puisse se déplacer en toutes circonstances (= tout terrain) à l’aide de ses sabots, et ce sans peine ni fatigue exagérée.

Il est évident que nous n’iront pas atteler un cheval inhabitué à marcher pieds nus, pour une randonnée sur macadam d’une dizaine ou quinzaine de kilomètres… C’est tout simplement du bon sens, mais il est parfois bon de le rappeler tant je vois des choses surprenantes lors de mes déplacements…

sabot de cheval sans fer après une course de 90 km

Pied nu après une course de 90 km.

De la même manière qu’un sportif n’irait pas courir un marathon avec des chaussures neuves ou sans préparation préalable

Il en va de même pour notre athlète équidé, qui comme chacun de nous à simplement besoin d’une préparation à l’effort demandé.

Si l’animal n’a jamais été handicapé par une ferrure, la préparation en est considérablement simplifiée, puisqu’il sait déjà utiliser son pied correctement et ce depuis sa naissance.

À l’inverse s’il a déjà subit les dommages du ferrage, il faut lui laisser une période d’adaptation et de transition, pour qu’il puisse ré apprendre à sentir le sol sur lequel il pose le pied. Il faut laisser du temps à l’organisme pour se réadapter à un mode de fonctionnement naturel. Cela peut prendre selon les cas entre quelques semaines et une voire 2 années.

 

Mes expériences de chevaux pieds nus

chevaux courant pieds nus en endurance

Jeunes chevaux en course d’endurance… pieds nus

Mes poneys d’attelage ont retrouvé depuis longtemps leurs pieds au naturel, pour ceux qui avaient eu la malchance de devoir supporter en silence les inconvénients des fers. D’autres (comme Scotch ou Poye) ont eu la chance de ne jamais subir cela, et ignorent même que l’humain peut être aussi pervers. Ces poneys ont concouru avec succès en attelage classique, TREC attelé et endurance attelée. Ces poneys (shetlands) ont remporté par deux fois le TREC interrégional de Tronçais comprenant un parcours d’une vingtaine de kilomètres, et l’un d’eux est champion de France d’endurance en attelage.

Mon cheval pur-sang n’a jamais eu de fer, et cela ne l’empêche nullement de fonctionner librement et correctement y compris en compétition (TREC monté, CCE, dressage). Le fait d’être pied nu lui confère un meilleur ressenti, une meilleure adhérence, et un meilleur équilibre.

J’ai fait naître, élevé et entraîné des chevaux d’endurance (arabes et demi-sang arabe) pour participer aux diverses courses d’endurance (jusque 90 km).

Tous mes poulains ont la chance de vivre et grandir sans rien aux pieds, et ne s’en portent que mieux !

Ma jument de TREC après divers soucis de santé à été déferrée puis mise au repos pendant 2 ans. Lorsqu’elle a repris le travail, pieds nus, j’ai constaté qu’elle faisait attention où elle posait les pieds, et que de ce fait, elle ne tombait plus sur les genoux

J’ai encore bon nombre d’autres exemples concrets de chevaux et poneys à qui j’ai pu donner la chance de cesser de souffrir avec leurs fers.

 

Monter ou atteler sans fer

  • poney d'attelage sans fer

    Poney aux sabots libres : les allures sont rasantes et économiques, tout en restant énergiques.

    Cela implique inévitablement de s’adapter réellement (et non plus théoriquement) au terrain et au partenaire équin.

  • Cela implique d’écouter son compagnon et de le respecter.
  • Cela implique de suivre une progression logique dans le travail et l’effort.
  • Cela implique de construire ensemble et pas à pas, une préparation adaptée.
  • Cela implique une remise en question de nombreux préjugés équestres et d’idées reçues.
  • Mais cela n’est pas impossible, bien au contraire !
  • Et cela implique plus de confort et de bien être à votre cheval/poney, moins de souffrances inutiles, moins de pathologies (= moins de frais vétérinaires), ainsi qu’une longévité plus importante.

 

Quelques pistes à étudier, sites à consulter

J’ai fait une petite sélection (non exhaustive) de sites ou articles traitant du cheval pieds nus, des bienfaits du parage naturel, et des méfaits et dégâts causés par les ferrures.

* Le paradis de PaBlo, ou l’attelage autrement, avec des chevaux pieds nus.

* Un article intéressant de Barbara Maulet, vétérinaire spécialisée en orthopédie équine, surle maintient en condition du cheval de sport ou loisir, sans fer.

* L’institut du sabot, le centre de recherche de Pierre Enoff situé dans les Pyrénées. Pierre est également l’auteur de l’excellent et récent ouvrage intitulé « le silence des chevaux, plaidoyer pour un autre monde équestre« . Ce livre que je recommande vivement à tous les amoureux des chevaux et poneys, explique de manière très claire le fonctionnement du doigt de l’équidé, et l’aberration d’y poser des fers.

Voici un extrait du livre qui m’a particulièrement interpellé :

Vérifiés et vérifiables, tous ces désordres engendrés par le ferrage et résumés ci-dessus sont purement ignorés par le monde équestre. Le corps vétérinaire lui-même ne parvient pas à observer le phénomène avec le regard scientifique qui s’impose puisque dans les manuels, les modèles étudiés sont tous représentés ferrés. Comprendre qu’un poil agglutiné n’est pas fait pour supporter l’énergie cinétique d’un individu n’est pas complexe mais demeure difficile à accepter face à des  traditions culturelles très ancrées, même si elles pénalisent fortement le respect du vivant. Comment être en accord avec la nature, en faisant sciemment « mal » à un animal que nous voulons proche de nous, avec qui nous souhaitons partager des moments de bonheur et non  plus des champs de bataille ou de labour ?

* Christèle et Sébastien, podologues équins diplômés, nous apprennent comment passer de l’ombre vers la lumière, à travers leur site et leur structure en Normandie, SolySOMBRA bien-être du cheval.

* Témoignage du cercle associatif « Le break à cheval » concernant l’utilisation attelée de chevaux pieds nus, images à l’appui.

* Le site (en construction) « pieds d’enfer » propose une variétés d’articles et de vidéos en lien avec le cheval pieds nus, le sabot et la locomotion.

* Le célèbre site « à cheval pieds nus » dresse une liste des méfaits de la ferrures et du peu d’avantages, comparé aux nombreux avantages du sabot libre. Vous y trouverez aussi d’autres infos utiles.

 bon plan conseils

 Depuis quand avez-vous cessé de faire souffrir votre compagnon en lui imposant une ferrure ??

Partagez vos avis et expériences dans les commentaires !

Que vous soyez ou non de mon avis…

 

16 Responses to Le cheval pieds nus

  1. Amaya

    Aaaaah, je suis tellement d’accord avec toi 🙂 .

    Je me souviens que déjà petite, ça m’interpellais de voir un cheval avec du métal au bout des pieds. Puis les années en centre équestre ont fait place au « c’est pour pas que le cheval ai mal au pied, pour pas trop l’user ». Ok.

    C’est finalement quand j’en suis partie et que je me suis mise à rêvée plus que jamais à mon futur cheval, que je me suis posée un instant pour réfléchir à ce qui serait le mieux pour lui. Quand Kalinka est arrivée chez moi, hop, c’était parti pour lancer le plan « pieds nus ».

    Depuis que le livre de Pierre Enoff est sorti, je rêve de le lire ! Ca sera pour bientôt, en lecture d’été 😛 . Je penserais à passer par ton lien pour l’acheter 🙂 .

  2. Carole

    Bonjour,

    je suis une grande adepte du pied nu, aucun de mes chevaux n’a de fer, et cela me pose parfois soucis en compétition.

    d’une part je reçois des commentaires peu sympathique, ce qui n’est jamais agréable. Mais surtout mon poney glisse sur les terrains difficiles (le pire c’est l’herbe longue mouillée). Et j’avoue, parfois je suis tentée de lui mettre des crampons, pour gagner un peu de temps mais aussi et surtout puor être sure qu’il ne va pas tomber.

    Je regarde souvent l’évolution des sandales à crampons, mais je ne suis pas encore convaincue, surtout au vu du prix d’achat pour une expérience qui pourrait finir très vite. Donc si qqun a un avis là dessus, ça m’aiderait

    • attelage-facile

      bonjour Carole.

      je n’ai jamais utilisé les sandales sur un PTV, ni un cross ou autre, car cela glisse bien plus que pieds nus ! De plus les crampons bloquent le mouvement du membre…
      Ma jument Idanha qui glissait et tombait souvent ferrée, à cessé de le faire une fois les sabots libres, et pourtant, il y avait de la vitesse avec elle…
      A mes yeux cela n’a jamais été un handicap sur un terrain de concours, bien au contraire.
      Et je me moque du regard et des commentaires (déplacés) des autres… à ceux qui sont réceptifs, j’explique simplement les raison de mon choix…
      En attelage je suis sortie en compétition d’attelage (avec marathon ou ptv) à 1, 2 et 4 poneys, sans fer. Aucun n’a jamais glissé, et pourtant là aussi, parfois cela va vite…
      Mais je ne me pose jamais la question de savoir si cela va glisser ou non. Je ne prends pas de risques inutiles, mais j’ai confiance dans mes animaux, et ils le savent.
      😀

      Ensuite à toi de savoir ce qui est le plus important à tes yeux : gagner des points, des secondes ou des places en compétition
      … ou la santé à long terme de ton compagnon équin, ainsi que son bien être.

      On peut gagner sans ferrer… et gagner tellement plus que la simple victoire d’une compétition

  3. Soon a horse

    Si je pouvais, j’aimerai que mon cheval soit sans fer. Sauf que je suis dans une région hyper caillouteuse (que je n’apprécie guère d’ailleurs) et que lorsqu’il avait les pieds nus, ses sabots se sont fandillés, des bouts se sont cassés, et ce, malgré les soins que j’y apportais (graisse tous les deux jours et adapté à ses pieds).

    Du coup, il est ferré des 4 pieds pour l’instant et ses pieds se portent mieux ainsi. Mais je désespère pas que le jour où je déménagerai, je pourrai enfin lui rendre sa légerté des patounes !

    Par contre, il vit dans un immense pré et jamais au grand jamais, il finira cloitré dans un box ! Tu peux compter sur moi la dessus !

    • attelage-facile

      bonjour Cyrielle,

      Pour ma part, je ne graisse jamais les sabots de mes animaux. Au besoin je les hydrate à l’eau, lors des périodes de grand sec.
      Le cheval pied nus demande un peu d’entretien, mais est réalisable, même sur terrain dur et caillouteux, j’en ai fait l’expérience. Il aura ainsi de meilleurs pieds que ceux n’ayant qu’un sol mou à disposition.
      Il ne faut pas s’alarmer parce que le sabot se casse ou se fendille, c’est que l’ongle est trop long, c’est tout ! Un petit parage à la râpe pour égaliser, et ça repart ! 🙂
      Mais évidement, cela demande de prendre sur soi, d’être patient et à l’écoute de son cheval

      Et j’espère bien que Tabasco ne finira jamais dans un box…!!
      Maintenant pour son bien être je t’invite seulement à lire le livre de Pierre Enoff, si tu n’es pas réellement convaincue des douleurs que provoquent une ferrure.
      Et à reconsidérer ton positionnement à ce sujet seulement ensuite.
      Personnellement je n’ai rien à y gagner, ce n’est pas mon cheval qui a mal… Juste un conseil d’amie 😉

  4. Natalia

    Merci pour le partage des articles sur les pieds nus ! ^_^ Il faut que je me procure « Le silence des chevaux », il semble vraiment intéressant ce livre.

    • attelage-facile

      Je confirme que c’est un ouvrage passionnant. Un peu répétitif par moment, mais fort intéressant au demeurant. Je ne vais pas tarder à en parler plus en détail dans un prochain article ! 😉

  5. Agnès 27

    Bonjour Gaëlle
    Je suis 100% d’accord avec tout ce que tu as dit, en particulier le paragraphe « Le cheval au naturel ». Mes Comtois sont dehors toute l’année et restent herbivores.
    Pour ce qui est de la ferrure, jusqu’à ce qu’on entende parler du « parage naturel », je pensais que tous les chevaux qui travaillaient étaient ferrés. Avec ma 1re jument d’attelage, c’était le cas, on entend partout ce même discours. La 2e était, elle aussi, déjà ferrée quand je l’ai achetée (à peine 3 ans). J’ai donc continué comme ça, sans me poser de questions. Mais depuis que nous avons eu un poulain, celui-ci est resté sans fers, jusqu’à aujourd’hui, à 7 ans. Il commence à travailler attelé, je me suis toujours dit « on verra plus tard s’il a mal ». Et quand je lis ton article, je suis convaincue. Je pense qu’il va rester pieds nus, même si, comme tu le mentionnes, on entend des commentaires mesquins et ciblés sur « les p’tites nanas qui ne veulent pas faire de mal à leur bébé » !!! Ce qui n’est pas du tout mon genre !!!

    • attelage-facile

      Bonjour Agnès,

      Tu as raison, il ne faut pas se laisser impressionner par les remarques parfois désobligeantes, de gens qui sont dans l’ignorance… Libre à ces personnes de vouloir ou non prendre conscience de fait bien réels et prouvés.

      Ton poulain (qui n’en n’est bientôt plus un !!) a cette chance immense que tu ne lui ai pas posé de fer. Et s’il fonctionne bien aujourd’hui au travail, il est simplement une preuve vivante que cela est possible et facile en fin de compte ! 😉

      Il est bien évidement plus simple de ne pas jamais mettre de faire, plutôt que de devoir réaliser une transition fers/pieds nus souvent difficile et longue (mais pas impossible !!) 🙂

      Merci de ton témoignage, et longue vie à ce comtois bienheureux 😀

  6. favre

    bonjour, ma ponette de 7 ans n’a jamais eu de fer. Elle n’est pas au pré mais dispose d’un terrain de 2000m2 devant son bâtiment en libre service. Je l’attelle depuis l’age de 3 ans mais pas très régulièrement (tous les 15 jours en moyenne) et j’ai des scrupules a marcher sur le bitume et les terrains dur pourtant inévitables dans mon coin. j’ai peur qu’elle est mal aux pieds

  7. LE BRIS

    Bonjour,

    Je partage tes convictions, mes chevaux sont pieds nus, Titus le cob normand avec ses 900 kilos et Vulcain, le petit « mélange » de la prairie. Je fais de la rando dans des chemins de silex, des montées, des descentes, avec les deux loulous. Ils ne glissent pas, qu’il pleuvent ou non. Je les laisse libres de poser leurs pieds là où ils le sentent, je les laisse aussi regarder comme ils le souhaitent et tout se passe très bien. Parfois c’est très rigolo, ils montent sur les talus et descendent tranquillement pour reprendre le chemin. Quand à l’attelage, nous aimerions un jour en faire avec Titus, le cob normand, et là encore il sera pieds nus.
    Merci Gaëlle pour tes articles très intéressants.

  8. Agnès 27

    Mon Comtois de sept ans est toujours pieds-nus. Il est attelé mais n’a jamais beaucoup travaillé jusque là, sauf ces derniers temps où nous l’avons mis en paire avec sa mère.
    Je connais bien les chemins autour de chez moi, donc je privilégie ceux qui sont les plus « confortables » pour ses pieds. Ce week-end, nous avons pris une portion de chemin très caillouteux, et là, pour la première fois, je l’ai senti un peu gêné. Il est plus facile pour un cheval monté, de s’adapter au terrain en allant sur les bas-côtés, mais pour un cheval attelé, c’est plus compliqué, d’autant plus s’ils sont en paire. Et là, on n’a plus le choix. Qu’en sera-t’il le jour où nous voudrons partir en rando plusieurs jours sans connaître la nature du terrain ? Je me pose souvent cette question.
    Le bitume, ce n’est pas grave, ça n’use pas tant que ça.
    Je connais une personne qui attèle deux Comtois, pieds-nus depuis toujours. Il fait des randos et des concours. Il est souvent pris pour un marginal. Il a même fait une randonnée de 1000 km (Alsace ==> Mont-St-Michel) le tout pieds-nus. Il a pu ainsi prouver aux maréchaux ultra-saptiques que c’était possible. Bien sûr, pour éviter les aléas des chemins, il n’a pris que du bitume.

  9. solano

    bonjour,
    j’ai 4 juments qui ne sont plus ou n’ont jamais été ferrés , je suis dans l’Aveyron sur des causses avec des chemins caillouteux.
    Gaïa 12 ans n’est plus ferrée depuis 6 ans , Elwenn 7 ans n’a jamais été ferré tout comme Telline 8 ans et sa pouliche de 3 ans.
    mes juments passent partout et arrivent à galoper sur des terrains ou au début elles marchaient avec beaucoup de difficulté.
    mais je constate qu’elles manquent d’endurance et qu’ils est difficile de faire des randonnées de plusieurs jours ce qui est mon projet depuis plusieurs années.
    je me questionne sur comment parvenir à les mettre dans les bonnes conditions pour y parvenir, je sors avec mes juments qu’une fois par semaine.
    J’essaye au maximum de les mettre dans ds très grands champ pour qu’elles marchent le plus possible et vivent en troupeau.
    j’espère que vous aurez le temps de me conseiller car je reste persuader que les pieds nus sont nécessaires au bien être et au respect de la vie des chevaux.
    merci par avance
    Laure

    • attelage-facile

      Bonjour Laure,

      Pour tout coaching et suivi à distance du travail de tes chevaux (en l’occurrence ici la mise en condition indispensable pour faire des randonnées), je t’invite à consulter d’abord la page concernant mes prestations et tarifs.
      Ensuite contacte-moi pour établir un planning ensemble en fonction de tes objectifs et de tes chevaux :
      contact@cheval-facile.com
      Au plaisir de pouvoir t’aider à résoudre ton problème rapidement
      Belle journée 🙂
      Gaëlle

  10. Maeva

    Bonjour, super article pour ma part j’ai eu mon premier cheval de selle il y a 7 ans il était en club donc ferré (se que je trouve ridicule car il ne travail que sur du sable et vont au box sur Paille).J’ai fais la rencontre d’une fille qui avais mis sa jument pied nue, et depuis le mien a était déferré, je me suis vu a votre place quand il et ecrit dabs votre article que votre cheval tombe sur ces genoux, pour le mien pareil,jusqu’au jour où il a etait pieds nus ,depuis hésitant sur les cailloux ,il gère sont parcourt. Depuis cette été j’ai une nouvelle au champ,c’est une trait breton elle a 1 ans et demi et je la sors un licol sur des chemin divers et route pour l habituer, ainsi que sa corne, plus tars je pense l attelée de temp en temp et donc pied nue et j’espère que tout ce passera bien… il va falloir attendre encore, mais je veux que les mentalités change,surtout les anciens merci encore pour cet article.

  11. Patricia

    Je viens de découvrir votre site très intéressant en cherchant des conseils concernant l’attelage… et je tombe sur un article concernant les chevaux pieds nus. Je suis cavalière depuis 30 ans et j’ai des chevaux et poneys à la maison depuis 18 ans… Mais je ne m’étais pas posé la question des problèmes posés par le ferrage jusqu’à il y a très peu de temps; je suis donc une novice en la matière et je cherche à comprendre! La rencontre d’un éleveur de chevaux de courses pieds nus puis la lecture d’articles sur le net étaient en train de secouer mes certitudes lorsque mon cheval et moi avons fait une grave chute sur le bitume, l’été dernier… remise de mes blessures, j’ai fait déferrer mon cheval « pour l’hiver » (il y a de la neige, chez moi). Je m’attendais à trouver mon compagnon « sur des œufs » au moins dans un premier temps mais il n’en fut rien! Les trois premiers jours il galopait même comme un fou dans son pré, sautant et caracolant en tous sens… j’ai vraiment eu l’impression que c’était une libération pour lui! Je l’ai travaillé tout l’hiver pieds nus (4 jours par semaine en moyenne), essentiellement en carrière, et le reste du temps, il passe ses journées au pré. Mais je n’ose pas trop sortir en extérieur… pourtant il ne montre aucune gêne, même dans les chemins caillouteux de ma région. Sa corne ne risque t-elle pas de trop s’user? Puis-je sortir plus d’une fois par semaine en balade de 2 heures environs dans mes chemins escarpés et pleins de cailloux? Vous parlez d’un entretien des pieds nécessaire: en quoi consiste-t-il et comment acquérir les compétences nécessaires à l’entretien d’un cheval pieds nus? Merci d’avance pour vos réponses.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *