browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Les manoeuvres en attelage (1/3) : le demi-tour

Posted by on 2 décembre 2013

Faire demi-tour

Savoir conduire un attelage implique un minimum de connaissances de menage, et en particulier de manœuvres nécessitant un peu d’expérience et de pratique, pour les réaliser correctement.

Attelage de 4 poneys se préparant à faire demi-tour dans une cour.

Attelage de 4 poneys se préparant à faire demi-tour dans une cour.

Quelle est l’utilité du demi-tour ?

Outre le fait d’être une épreuve dans certaines disciplines attelées, le fait de savoir le réaliser va vous simplifier la vie considérablement.

Qui ne s’est jamais fourvoyé dans un bois, ou trompé de chemin à la lecture d’une carte ?

Drôlement pratique alors, de savoir manœuvrer, pour revenir sur ses pas !

C’est un exercice qui demande attention et précision, ainsi que beaucoup de calme de la part du ou des chevaux ; c’est par principe un très bon exercice de gymnastique.

 

Comment s’y prendre pour réaliser un demi-tour sans risques ?

La préparation :

On n’improvise pas de faire demi-tour comme ça, sauf en cas d’urgence ou de risque pour l’équipage, auquel cas on demandera au groom d’aller aider les chevaux à la tête, durant la manœuvre, tout en leur parlant pour les inciter au calme et à la prudence.

Tout est toujours plus facile, lorsque cela à été préparé en amont

La préparation se fait tout d’abord au sol, en travaillant à pied, avec chaque cheval, sur la mobilisation des épaules, et le déport de poids sur l’arrière main. Lire à ce sujet cet article détaillé, traitant précisément du sujet : Le travail en  légèreté.

Avant de se lancer à tourner ou demi-tourner en attelage, l’équidé doit maîtriser les bases du mouvement parfaitement, afin de ne pas se heurter les membres, le moment venu. Il doit croiser ses membres avec aisance, en sachant précisément ce qu’il fait.

Ainsi en vérifiant les bases régulièrement, vous serez à même de déceler une éventuelle raideur chez votre compagnon, et le traiter avant qu’il ne souffre davantage,  si nécessaire. Vous serez aussi conscient de ce déséquilibre, si vous êtes amené à mener malgré tout. Le fait de connaître le problème, permet de travailler en conséquence, sans forcer l’animal à faire un mouvement qui lui est difficile de réaliser ce jour là. Tout le monde s’est déjà réveillé avec un torticolis ? Et bien il peut arriver la même chose à nos chevaux… et ces jours là, ils sont loin d’être opérationnels à 100% ! En restant à leur écoute, vous gagnez en efficacité !

 

La manœuvre du demi-tour :

Faire un demi-tour ne s’improvise pas ! Il faut d’abord évaluer l’environnement, la place disponible pour réaliser l’opération, sans risque pour l’équidé, ni dommage pour la voiture.

L’espace nécessaire dépend à la fois de la voiture (2 roues avec brancards fixes, ou 4 roues avec essieu pivotant), du nombre de chevaux, et de l’expérience du meneur en la matière. Par mesure de prudence, prévoir large les premières fois, si vous ne vous êtes jamais entraînés au préalable dans un espace ouvert, type carrière de travail.

Choisir le côté qui est le plus facile au cheval pour tourner court. Au préalable, déporter vous le plus possible sur le côté opposé pour gagner en marge de manœuvre : par exemple si vous êtes plus à l’aise pour emmener votre cheval à droite, serrez à gauche, avant d’opérer le demi-tour à droite.

Ralentir le ou les chevaux au maximum, voir demander l’arrêt.

Demander ensuite à pivoter du côté voulu. N’oubliez pas de raccourcir vos guides en conséquence, sinon vous aurez les mains dans le menton ou la poitrine, surtout si vous êtes dans une 4 roues, car le cheval, va venir se placer près de vous !

Démonstration en images, de la main dans la poitrine… je n’invente rien !! (fallait raccourcir les guides, qu’on à dit… pffff!)

Il est impératif de prendre le temps et de ne pas brusquer les animaux qui pourraient alors se marcher dessus et se blesser. Prendre le temps de décomposer le mouvement, de s’arrêter et de caresser font partie de l’apprentissage.

Rester calme, maître de son vocabulaire et de ses gestes facilite grandement le travail également.

Il est tout à fait possible de donner un ordre vocal aux animaux pour l’ordre correspondant à pivoter latéralement. Personnellement j’utilise le verbe « serrer » pour cela, avec les déclinaisons gauche et droite.

Et vous, comment faites vous ?

Faites moi part de vos expériences personnelles dans les commentaires !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>