browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Les virages serrés en maniabilité

Posted by on 23 mai 2014

Séance 32 de notre défi fou

Négocier des trajectoires courtes et serrées

 

Entre deux sorties en extérieur pour améliorer le fonds de nos poneys, et leur mise en condition, nous poursuivons le travail plus technique du meneur, pour aborder sereinement les difficultés que l’on peut rencontrer lors d’une épreuve de maniabilité, selon l’inventivité du traceur !

paire de shetlands attelés

Scotch et Poye se concentrent sur l’exercice !

Une bonne petite détente, sur route et chemins pour échauffer correctement nos poneys, et nous voilà sur la jachère enherbée pour  jouer entre les quilles ! Sur terrain dur, Poye présente une irrégularité d’allure. Nous inspectons ces pieds et trouvons de petits graviers coincés dans la ligne blanche de 2 de ses pieds. Il semble moins gêné ensuite, et sur herbe ne présente pour ainsi dire pas de mouvements suspects.

Parcours simple de maniabilité

Pour commencer je dessine toujours un premier tracé simple, pour se mettre en condition, que ce soit pour les poneys, ou pour le meneur, qui doit s’adapter à son équipage (animaux, voiture, équipier, etc) du jour.

J’installe souvent une seule « difficulté » sur la dernière ou l’avant dernière porte, pour vérifier la vigilance de l’élève, et la technique acquise lors des séances précédentes.

poneys attelés au galop

Avancer franchement permet une conduite plus aisée entre les portes.

Seulement si ce premier test est concluant, je passe à l’étape suivante. Sinon nous reprenons le travail de base sur des exercices et portes simples pour ancrer les apprentissages.

Il est inutile de vouloir aller trop vite, c’est rarement productif ! 🙂

 

Parcours de portes avec difficultés

Aujourd’hui j’ai choisi d’améliorer la réactivité de JF (et par conséquent celle des poneys aussi) grâce à l’enchainement de portes rapprochées, tant à gauche, qu’à droite.

La difficulté et la distance entre les portes, est bien évidement à adapter en fonction du terrain, de chaque élève, et du niveau de dressage des équidés en question.

C’est totalement inutile de mettre un équipage en difficulté devant un exercice qu’il n’est pas en mesure de réaliser, avec quelques conseils et/ou techniques particulières. Je me répète, mais j’insiste sur ce point là, il ne sert à rien de vouloir aller trop vite en faisant très compliqué dès le départ. Dans le doute, il est préférable (et moins préjudiciable) de faire trop facile, que pas assez !

Le début du parcours comporte des exercices déjà vus, comme la serpentine, ou des enchainements de portes avec cercle complet à chaque main, afin de toujours vérifier que les séances précédentes sont acquises. Puis je dispose les trois dernières portes en forme « d’escalier » : c’est à dire que cela impose un virage à 90° à chaque main, à bonne distance, pour laisser à JF le temps de se positionner tout seul pour franchir les quilles.

Les poneys manquent un peu de réactivité, et se contentent d’avancer ce qui ne facilite pas la tâche.

Pour mener à bien cet exercice il faut les ré-équilibrer avant chaque changement de direction. Cette technique avait déjà été vue cet hiver, lors d’une séance à pied, aux longues guides avec une paire, mais insuffisamment pratiquée, elle était un peu reléguée aux oubliettes !

Avancer, reprendre, ralentir en ré-équilibrant, motiver l’équidé extérieur, et renvoyer en ligne droite !

Pour aider JF à faire les bonnes actions au bon moment, je monte en voiture derrière lui, et lui donne les indications nécessaires à la bonne compréhension de la technique, à l’instant T pour chacune des actions.. Après quelques essais et tâtonnements, le mouvement est réussi aux deux mains.

 

Augmenter la difficulté pour vérifier

Une fois l’exercice précédent compris, je mets d’autres portes en place, parfois à droite, parfois à gauche, afin d’en enchaîner ainsi trois ou quatre, sans perdre en tonicité ni en activité.

Les deux premières portes sont alignées, et doivent être franchies respectivement au galop et au trot, avant d’enfiler les autres.

Selon le degré de réussite et de maîtrise de l’élève, on peut raccourcir un peu chaque virage serré, de manière à vérifier que la technique se met en place correctement. Si tel n’est pas le cas, rester sur un exercice plus simple, mais réussi.

 

reprise de poneys au galop

Reprise des poneys en vue d’un virage serré.

Éviter l’anticipation

Travailler sur le même dispositif facilite l’intégration d’un mouvement, d’une technique, d’un geste précis, d’une action, etc. L’inconvénient réside dans le fait que les poneys vont très rapidement anticiper l’exercice ainsi que les demandes formulées par le meneur, et ainsi « fausser » l’apprentissage.

Pour y remédier, il suffit de prévoir deux dispositifs : l’un partant à droite, et l’autre à gauche puis d’alterner les passages.

Je demande rarement à mes élèves plus de 4 ou 5 passages dans le même dispositif, et je prends le temps d’installer toujours autre chose, afin d’éviter l’anticipation et l’habitude.

Les équidés sont ainsi bien plus à l’écoute des consignes du meneur, et cela est très nettement plus agréable 🙂

 

 A la fin de la séance, JF réussi comme il faut à rééquilibrer la paire de joyeux lurons, et enchaîner des courbes très serrées des deux côtés, sans renverser les quilles.

 

 Et vous ?

Comment travaillez-vous vos équidés pour améliorer vos prestations en maniabilité ??

 

 

3 Responses to Les virages serrés en maniabilité

  1. Guy-René

    Bonjour .
    Comme toujours un article bien intéressant . les poneys sont pleins de charme .
    ( juste un tout petit détail qui n’ engage que moi ; oups ! JF serait , je pense pas mal non plus avec une coiffure pour mener . )
    Le chiant de service .
    Cordialement au meneur et à son coach .
    Artus .

    • attelage-facile

      tout à fait raison, c’est rare qu’il n’ait pas son casque… mais je trouvais bête de ne pas utiliser les images pour autant 😉

  2. laura

    super ,ma jument a déjà été en charrette j aimerai bien un jour apprendre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *